mobile

LE 01/08/2023 / Des métiers...d'hommes ?

Elodie : Alternante LPTP chez GUINTOLI

retour
(3)    (807)
PARTAGER :  

Je m’appelle Elodie Dantec, j’ai 23 ans, et je suis en Licence Pro Travaux Publics.



J’ai un parcours un peu atypique : après mon BAC S option SVT, obtenu avec mention assez bien en 2018, en Ile de France, je suis partie faire PACES (l’ancienne appellation pour la première année de médecine) à Bordeaux. J’ai raté le concours non pas une, mais deux fois (il faut dire que 300 places pour 3700 inscrits, les chiffres ne jouaient pas en ma faveur).

Plutôt que perdre mon temps pendant un semestre, je suis allée travailler en tant qu’agente de bascule dans une carrière de granulats. Mes missions étaient de la logistique avec le planning des camions, la gestion directe avec les clients et les particuliers et la gestion des bons de livraison directement avec les chauffeurs.

Au terme de cette parenthèse, j’ai décidé de faire un DUT GCCD à Chambéry, afin de changer d’air après Bordeaux.



Dans ce DUT, nous avions la possibilité de faire de l’alternance en deuxième année, ce que j’ai choisi de faire avec l’entreprise Guintoli.

Le choix de l’entreprise s’est aussi fait grâce à l’école : nous avions un suivi de chantier en première année. A la suite d’un cours d’organisation de chantier sur un pont SNCF, hors marché du chantier TOARC de la VRU de Chambéry / A41 / A43 ; avec mes deux camarades, nous sommes entrées en contact avec un des conducteurs de travaux de ce chantier pour effectuer ce suivi avec eux. Je savais déjà que je voulais m’orienter vers les travaux publics plutôt que le bâtiment, j’ai naturellement demandé de faire mon alternance avec eux sur ce chantier, qui a été très formateur.






Entre temps, j’ai tout de même effectué mon stage de première année en bâtiment avec Bouygues, sur le chantier de l’agrandissement du centre commercial des 3 fontaines. Ce qui m’a conforté dans mon choix de travailler dans les TP.

J’ai enchainé avec un stage chez Jean Lefebvre en VRD, sur le chantier du Green de Palaiseau. Mes missions ont été assez diverses, allant de l’implantation de bordures, à la pose de réseaux secs et réglage de couche de forme. Sur ce chantier j’ai beaucoup évolué avec le chef de chantier, et surtout avec son alternante. C’est la seule fois où j’ai travaillé avec une autre femme en production.



A la suite de mon DUT, j’ai décidé de poursuivre en licence pro pour ma dernière année d’étude, à Egletons, toujours en alternance avec Guintoli.

Le chantier sur lequel j’ai évolué pendant ma première année d’alternance est le chantier de l’A41/A43 de Chambéry. C’est un TOARC (Terrassement, Ouvrage d’Art, Rétablissement de Communication).  J’ai entamé mon alternance chez Guintoli en septembre 2021, en tant qu’observatrice / manœuvre, car il fallait me former avant que je puisse passer à un poste avec plus de responsabilités.


Noeud autoroutier A41-A43


Durant l’année, j’ai évolué jusqu’à atteindre les responsabilités d’un chef d’équipe, cela se traduit par la gestion au jour le jour d’un atelier, des équipes et fournitures. J’ai pu effectuer des ateliers assez divers : de la pose d’assainissement de surface et profond, du remblai autour d’ouvrage génie civil et des finitions de fin de chantier.





Une fois ce chantier terminé, je suis restée en terrassement, mais sur un chantier en rivière : le C4 de la Romanche qui avait pour but de renaturer une ancienne centrale hydroélectrique EDF.


Aujourd’hui, je suis sur le chantier de l’A69, qui est l’autoroute qui va relier Toulouse à Castres. Un des derniers gros chantiers autoroutiers en France. Je parfais mes connaissances sur le terrassement, et en gestion d’équipe.



Quant à ma place en tant que femme au sein de l’entreprise et plus particulièrement sur chantier, il est vrai que l’on ressent une différence de traitement, en général positive, qui peut parfois être agaçante. Mais le travail en lui-même est accessible et à mon sens pas plus difficile qu’un autre. Et je sais que les représentations sont importantes, c’est pour cela que je fais ce témoignage, pour montrer que l’on peut être une femme, et travailler sur un chantier en production, en étant écoutée et respectée.

Et si quelqu’un vous dit un jour que parce que vous êtes une femme, vous ne pouvez pas faire telle ou telle tâche, demandez-leur si cette tâche requiert d’avoir des attributs masculins. Vous pouvez le faire.

__________________________________________
Elodie D. / Licence Pro TP IUT EGLETONS 2022-2023

________________   ___  __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Contact : Richard LONJOU / responsable pédagogique LP TP  richard.lonjou@unilim.fr

Lien(s) associé(s)



Veuillez tourner votre appareil.