mobile

LE 27/10/2017 / Des métiers...d'hommes ?

" Je m'attendais à un homme, tant pis " !

retour
(7)    (783)
PARTAGER :  


Isabelle V. : IUT EGLETONS + FST IMRO EGLETONS





_______________________________________________________________________________________
Responsable étude basée en Aveyron, j’ai suivi les traces de mon père et de mon grand-père en me dirigeant vers le monde des TP  … ce n’est donc pas par hasard si quelques années plus tard je me suis retrouvée sur les bancs de l’IUT d’Egletons.

                Originaire du Lot, c’est un Aveyronnais qui m’a accompagné lors de la journée « Portes Ouvertes » dans cet IUT Corrézien. Véritablement passionnée par ce qu’il me racontait, j’ai très vite compris que c’est ici qu’allait commencer mon parcours professionnel.



                Tous les anciens ont des anecdotes à vous raconter … et vous aussi, futurs ou actuels étudiants, vous en aurez ! Je me souviens d’un atelier de TP Béton (où nous devions étudier le poteau BA) qui a eu lieu le lendemain de notre repas de classe ... grave erreur de débutant !  L’IUT est synonyme de belles rencontres. C’est aussi là que se sont construites de solides bases professionnelles.

 
Après l’IUT, je me suis tournée vers l’ESTP pour une formation d’1 an de conducteur de travaux. Alors que je me dirigeais vers une école d’ingénieur par alternance, j’ai lâchement été abandonnée par l’entreprise accueillante 2 semaines avant l’insertion dans cette école ; à l’époque on m’avait fait comprendre que ce « milieu masculin » était difficile, et qu’à ce titre on avait fait le choix de ne plus m’intégrer ….  Après 2 ans à Egletons, l’ESTP n’était franchement pas à la hauteur de mes espérances et de sa renommée. Ceci étant, ce fût une expérience différente et enrichissante à sa façon.
 
Forcément après 1 an à Paris, il était trop tentant de revenir à la campagne … c’est ce que j’ai fait en intégrant l’IUP à Egletons...devenu FST ( Faculté des Sciences et Techniques).

En 3 ans j’ai tellement appris qu’il est difficile de résumer … Commençons par l’école. L’enseignement est de qualité, et très professionnel. On sent qu’on nous forme pour être opérationnel dans nos entreprises. Des intervenants inoubliables, des visites de chantier qui le sont tout autant, et des collègues de promo qui marqueront nos mémoires.
Côté stage, je me rappelle que le stage de licence nous avait été imposé. Tous dans la salle de réunion, on nous donnait nos futures affectations ( le stage démarrant peu de temps après la rentrée)….

Arrive mon tour : « Isabelle, tu partiras à Rodez chez SATS. Ils sont sur le chantier du viaduc de Millau ». Parfait. C’est LE chantier à voir dans sa vie … donc on y va. Je prends mon téléphone et j'appelle de directeur (qui par ailleurs intervenait comme vacataire). « C’est moi qui viendrai en stage chez vous pendant 3 mois. Vous êtes sur le chantier du viaduc de Millau non ? » … réponse cinglante « je m’attendais à un homme, mais tant pis, je ferai avec vous. Et pour le chantier de Millau, nous avons terminé notre prestation depuis un petit moment ». On ne peut pas dire que ça parte sur de bonnes bases ….

Le stage se passe. Se passe très bien puisque j’y suis retournée pour mon stage de Maîtrise et de Master 2, à la suite duquel un poste d’ingénieur études m’a été proposé.
 


Aujourd’hui je suis dans cette même entreprise ( GTS / NGE), 11 ans après mon dernier stage. Je partage toujours mon expérience avec des stagiaires … et on a toujours un peu de fierté quand il décide de rester parmi nous.


 
Cette belle aventure je la dois à Egletons, qui a forgé mes bases. A GTS qui continue à me faire confiance. A mon mari et mes 2 filles qui me permettent de m’épanouir un peu plus tous les jours, et qui me donnent du temps pour « me vider la tête » en m’adonnant à la musique …



 
_______________________________________________________________________________________
Je ne sais pas si mes filles suivront le parcours professionnel de leurs parents, mais toujours est-il qu’elles connaissent Egletons comme le lieu où « papa et maman se sont rencontrés ». Elles arborent déjà fièrement leurs casques quand elles partent avec papa, et s’initient à la conduite de foreuse avec maman !
 
La vie à 1000 à l’heure ce n’est pas ce à quoi je m’attendais, mais Maman / Travail / Musique, c’est un cocktail qui me va bien !

_______________________________________________________________________________________
''Mettre tout en équilibre, c’est bien ; mettre tout en harmonie, c’est mieux. ''

Victor Hugo



Isabelle V.
IUT   EGLETONS  2000-2002
 

Lien(s) associé(s)



Veuillez tourner votre appareil.